Aperçu sur la conscience artificielle

cerveau machine

La conscience joue un rôle important dans les débats : autour du problème corps-esprit, de la controverse sur l’intelligence artificielle (IA) forte contre faible et de la bioéthique.

En effet, la quête de l’intelligence artificielle pourrait surpasser l’humanité. 

Il faut tout d’abord définir les deux termes : conscience artificielle et intelligence artificielle.

Qu’est-ce qu’une conscience artificielle

La conscience artificielle, également connue sous le nom de conscience de la machine ou conscience synthétique, fait référence à une machine non biologique, créée par l’homme, qui est consciente de sa propre existence.

La conscience artificielle signifie que les programmes d’IA même si ils ont du bon sens, ils ne peuvent ne pas être suffisants pour faire face à des situations non rencontrées. En effet, il n’est pas évident pour une intelligence artificielle de connaître les limites de la connaissance du bon sens.

Qu’est-ce que l’intelligence artificielle ?

L’intelligence artificielle (IA) est un terme large et a été utilisé pour désigner non seulement l’automatisation logicielle de base mais aussi l’apprentissage automatique.

Les branches de l’intelligence artificielle sont loin de la conscience artificielle.

L’intelligence artificielle générale est construite grâce à des technologies, à savoir :

  • L’apprentissage automatique
  • Les réseaux neuronaux des technologies

Ce qui permet aux ordinateurs d’être « entraînés » à partir de l’information qui leur est donnée, grâce à l’utilisation d’algorithmes complexes.

Grâce à cette formation, ces machines d’intelligence artificielle peuvent alors prendre des mesures adéquates. 

L’intelligence artificielle a évolué rapidement et a de nombreux domaines applications dans un grand nombre d’industries.

De la vente au détail à la fabrication, en passant par les services bancaires et financiers, des algorithmes d’intelligence artificielle sont déployés pour :

  • Cibler les besoins et les désirs des individus
  • Améliorer l’expérience utilisateur
  •  Promouvoir l’efficacité et la sécurité

En quoi la conscience artificielle est différente ?

La conscience artificielle (CA) est un pas au-delà de l’intelligence artificielle et implique plus que de l’intelligence simple, elle implique la conscience de soi.

Certains appareils intelligents ne sont pas susceptibles de bénéficier de niveaux de conscience plus élevés, la conscience artificielle pourrait peut-être trouver une utilisation dans un assistant vocal ou des robots humanoïdes conçus avec cette interactivité à l’esprit.

Contrairement à l’intelligence, qui peut être quantifiée par le QI; la conscience est plus difficile à évaluer.

Il existe de nombreuses interprétations différentes de ce qu’est la conscience et cela affecte la conscience artificielle qui pourrait éventuellement être développée.

Quand la conscience artificielle pourrait-elle devenir réelle ?

Il n’y a toujours pas de calendrier précis ou convenu pour que la conscience artificielle puisse devenir une réalité.

La conscience des machines est imprévisible parce qu’il n’y a pas encore de “sauts technologiques” qui ont été fait pour atteindre la conscience artificielle.

Lorsque l’on parle de conscience artificielle, il ne semble pas y avoir de consensus sur ce que signifie réellement « conscience ».

Il y a encore un débat sur sa définition, avec plusieurs explications différentes avancées par les neuroscientifiques et les philosophes.

La difficulté réside dans le fait que, contrairement à l’intelligence, la conscience implique un élément d’expérience subjective.

Le domaine de la conscience artificielle (CA) s’est largement développé en dehors de l’intelligence artificielle (IA) grand public, avec des objectifs et des critères de réussite distincts et avec seulement un échange minimal d’idées. 

C’est regrettable car les deux champs semblent être synergiques.

Conscience artificielle : utopie ou possibilité réelle ?

De nos jours, avec les progrès de l’intelligence artificielle et de l’informatique neuronale, construire des machines intelligentes qui pourraient rivaliser avec l’intelligence humaine semble plus probable que jamais. 

Néanmoins, de nombreux chercheurs pensent que la conscience artificielle est possible et qu’à l’avenir, elle émergera dans des machines informatiques complexes. 

La motivation la plus forte pour construire une machine consciente de soi est le désir humain inné de découvrir de nouveaux horizons et d’élargir les frontières de la science. 

De plus, le développement d’un cerveau artificiel basé sur les principes biologiques du cerveau ouvrirait la porte à l’immortalité. 

Comme cela a été prouvé avec toutes les découvertes humaines importantes, le vrai problème sera de garder la technologie sous contrôle. 

Par exemple, si les ordinateurs conscients de soi deviennent possibles, il faut les utiliser pour le progrès humain et non pour des objectifs catastrophiques.

La machine affecte-t-elle les comportements et les interactions des humains ?

En effet, les robots artificiellement intelligents sont de plus en plus performants pour modéliser les conversations et les relations humaines.

 En 2015, un bot nommé Eugene Goostman a remporté le Turing Challenge pour la première fois.

Dans ce défi, les évaluateurs humains ont utilisé la saisie de texte pour discuter avec une entité inconnue, puis ont deviné s’ils avaient discuté avec un humain ou une machine.

On a dupé plus de la moitié des évaluateurs humains en leur faisant croire qu’ils avaient parlé à un être humain.

Cette étape n’est que le début d’une ère où nous interagissons fréquemment avec des machines comme s’il s’agissait d’humains ; que ce soit dans le service client ou les ventes.

Alors que les humains sont limités dans l’attention et la gentillesse qu’ils peuvent consacrer à une autre personne, les robots artificiels peuvent canaliser des ressources pratiquement illimitées dans l’établissement de relations.

Pour conclure, la conscience joue un rôle important dans les débats autour du problème corps-esprit, la controverse sur l’intelligence artificielle (IA) forte vs faible et la bioéthique.

Il est toutefois frappant de constater qu’il n’occupe pas une place importante dans les débats actuels sur les aspects éthiques de l’IA et de la robotique.

Il n’est pas aussi important dans les débats actuels sur les aspects éthiques de l’IA et de la robotique.