Tout savoir à propos de l’infrastructure réseau

Infrastructure réseau: des serveurs branchés l'un à l'autre

Aujourd’hui, la mise en place d’une infrastructure réseau est devenue obligatoire pour toute entreprise contemporaine. Il s’agit d’un ensemble de ressources logicielles et matérielles qui permettent la connectivité, la communication et la gestion d’un réseau d’entreprise. L’objectif est d’assurer une transmission rapide et sécurisée des données de l’entreprise. Pour mieux comprendre l’infrastructure informatique, on vous invite à lire cet article.

Infrastructure réseau : définition

L’infrastructure réseau représente l’ensemble des périphériques et équipements reliés virtuellement ou physiquement entre eux au sein d’une entreprise, dans l’objectif de partager des données ou des ressources. 

En mettant en place une infrastructure réseau, il est désormais possible aux agents d’une entreprise de transmettre et d’échanger des données en toute sécurité. Ils peuvent également accéder à des applications spécifiques et incorporer une plateforme de travail collaboratif. Les infrastructures réseau se distinguent généralement par leur technologie de transfert des fichiers, leur portée géographique et leurs différents types de signaux et de connexions. Toutefois, leur installation nécessite de faire appel à un intégrateur réseau et sécurité informatique.

Le rôle et l’importance d’une infrastructure réseau

Les infrastructures réseau ont pour objectif de centraliser les informations d’une entreprise dans le but de sécuriser leur échange et faciliter la communication entre les agents. Elles contribuent également à une amélioration des procédures décisionnelles et permettent de minimiser les impressions sur papier. Elles jouent également d’autres rôles fondamentaux:  

  • Gestion et sécurisation de l’accès à l’Internet : cela se traduit par l’attribution à chaque employé d’un login et d’un mot de passe. Ainsi, il doit s’identifier pour pouvoir travailler sur son poste. Cela permet de réduire  les risques d’intrusion d’informations sensibles.
  • Optimisation de la gestion de la connexion via le serveur : grâce à l’infrastructure réseau, il est désormais possible de contrôler et filtrer les accès aux sites via un système de permission. A titre d’exemple, ce système pourrait empêcher les employés d’accéder à des plateformes de jeux pendant les heures de travail.
  • Sauvegarde des données sensibles de l’entreprise : le serveur permet d’enregistrer les données confidentielles de manière automatique. Ainsi, il est possible de les récupérer après une panne imprévue d’un ordinateur ou en cas de suppression par erreur. Cela permet d’assurer la sauvegarde des documents originaux.

Sécurisation des données sensibles de l’entreprise : les infrastructures réseau empêchent les cyber attaquants et autres personnes malveillantes d’accéder aux informations sensibles d’une entreprise. La mise en place d’un antivirus et d’un pare-feu permet de protéger le système d’information de l’entreprise de tout type d’attaque en ligne.

Les principaux types d’infrastructures réseaux

Il existe une variété de types d’infrastructures réseaux. Il vous suffit de choisir l’infrastructure adaptée aux besoins de votre entreprise. On vous cite quelques exemples d’infrastructures informatiques.

1. Local Area Network (LAN)

Le LAN permet de réunir au moins deux équipements connectés sur un seul réseau. Il autorise également le partage des imprimantes, des serveurs de fichiers et des applications entre plusieurs postes d’une société. Il assure, en outre, un échange sécurisé de données entre tous les équipements connectés au réseau de l’entreprise

Le LAN est particulièrement dédié aux entreprises qui veulent assurer un transfert d’une grande quantité de données. Le débit de LAN peut atteindre 10 à 1000 Mbit/s en fonction du moyen de transfert de données et de la structure du réseau. Son installation repose souvent sur le protocole Ethernet.

2. Metropolitan Area Network (MAN)

Le MAN représente une infrastructure informatique à large bande, qui peut interconnecter divers LAN en même temps. Il est particulièrement dédié aux grandes entreprises qui possèdent des succursales dans de nombreuses villes géographiquement proches.  

Pour mettre en place cette infrastructure, l’intégrateur exploite des fibres optiques de haute performance pour assurer un débit de transfert beaucoup plus élevé que celui procuré par Internet.

3. Wide Area Network (WAN)

Le WAN est une infrastructure IT qui couvre des zones géographiques assez larges, qui peuvent être des pays ou même des continents. L’avantage de cette infrastructure est qu’elle permet de relier un grand nombre d’équipements connectés. 

Contrairement au MAN et au LAN, le WAN ne requiert pas l’utilisation de l’Ethernet. Il exploite plutôt des techniques spécifiques, telles que ATM (Asynchronous Transfer Mode) et SDH (Synchrone Digitale Hiérarchie).

4. Global Area Network (GAN)

Le GAN est une infrastructure réseau d’envergure planétaire, tel que l’Internet. Il s’agit, en fait, d’une infrastructure réseau isolée qui interconnecte divers WAN à travers le monde. 

La mise en place d’un GAN requiert l’exploitation de certaines fibres optiques des réseaux étendus ainsi que l’installation de câbles sous-marins internationaux ou des transferts de données par satellite.
Pour profiter pleinement des privilèges d’une infrastructure réseau, on doit régulièrement mesurer la fiabilité du système mis en place en utilisant des outils spécifiques comme la QoE (Quality of Experience), le KPI (Key Performance Indicators) et le UTM (Unified Threat Management). Ceux-ci permettent d’évaluer la satisfaction des utilisateurs de l’infrastructure réseau de l’entreprise.